l’oea-de-almagro-sans-trump-–-les-dirigeants-latino-americains-veulent-substituer-l’oea-par-un-autre-espace-d’echange-et-de-dialogue-en-2021

L’OEA de Almagro sans Trump – Les dirigeants latino-américains veulent substituer l’OEA par un autre espace d’échange et de dialogue en 2021

L’OEA d’Almagro adopte une politique de deux poids, deux mesures en ce qui concerne Haïti, dirigé par son « ami » Jovenel Moise sous le gouvernement duquel, des centaines d’Haïtiens sont assassinés en 2020, sans compter les multiples violations des droits humains et de prises de décisions à partir de décrets illégaux et inconstitutionnels, tel celui du CEP-Dermalog et d’un soi-disant referendum constitutionnel pour une Constitution »déjà écrite ».

Le rôle d’Almagro à la tête de l’OEA lors du coup d’État contre le président Evo Morales à la fin de 2019 a été critiqué malgré le soutien de l’administration Trump.

Samedi 2 janvier 2021 ((rezonodwes.com))–La revitalisation des organisations légitimes d’intégration régionale, encouragée par plusieurs gouvernements d’Amérique latine et des Caraïbes, accentue aujourd’hui la crise d’une Organisation des États américains (OEA) sans Donald Trump au cours de cette année.

Les experts pensent que la nouvelle administration américaine de Joe Biden continuera à utiliser ce regroupement pour protéger ses intérêts, mais qu’une période d’incertitude s’ouvre également, en particulier pour l’Uruguayen Luis Almagro, le secrétaire général de l’OEA interrogé.

L’année 2020, désastreuse en termes sanitaires, sociaux et économiques pour le monde entier, a particulièrement frappé l’Amérique latine et les Caraïbes, même si les récentes élections et les mobilisations populaires laissent entrevoir des changements possibles à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation.

Fin 2020, les dirigeants de plusieurs pays ont appelé à la mobilisation d’autres mécanismes tels que la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), la plus représentative et qui sera présidée cette année par le Mexique, comme espace d’échange et de dialogue entre les 33 nations membres.

Le CELAC, qui n’inclut ni les États-Unis ni le Canada, vise, entre autres objectifs, à faire de la région une zone de paix afin de promouvoir son développement.

De même, il y a eu récemment des déclarations visant à réactiver l’Union des nations sud-américaines (Unasur) et le Marché commun du Sud (Mercosur), entre autres, en dehors des décisions de l’OEA.

En mars, la Bolivie accueillera une réunion de l’Unasur, où sera également présenté Runasur, consacré à la défense des droits des peuples indigènes de la région.

Le rôle d’Almagro à la tête de l’OEA lors du coup d’État contre le président Evo Morales à la fin de 2019 a été critiqué malgré le soutien de l’administration Trump, comme il continue de l’être maintenant.

Le porte-parole de la présidence bolivienne, Jorge Richter, a réitéré la fausseté des « conclusions » de l’OEA sur ces élections : « Au-delà de ce qu’indique le rapport incohérent de l’OEA, il n’a pas été possible de démontrer qu’il y a eu fraude.

Le Parlement sud-américain (Parlasur) a proposé d’ouvrir une enquête en janvier sur le rôle d’Almagro lors de la crise bolivienne de 2019, exigeant qu’il explique « la terrible erreur qu’il a commise en soumettant l’Amérique latine et le peuple bolivien », selon son président, l’Uruguayen Oscar Laborde.

De même, le Bolivien Adolfo Mendoza, président du Parlement andin (AP), a demandé un audit formel du rapport de l’OEA sur la Bolivie.

Advertisement

Il est nécessaire que ce type d’événement ne reste plus jamais dans les limbes et que l’enquête puisse contribuer au renforcement de la démocratie en Amérique latine, a-t-il souligné.

Pendant ce temps, plusieurs organisations humanitaires argentines, où Evo Morales a été contraint de demander l’asile, ont dénoncé Almagro devant la Commission des droits de l’homme des Nations unies pour son interventionnisme contre la souveraineté de la Bolivie.

Parmi d’autres critiques, celle de Jan Schakowsky, membre du Congrès américain et président de la Commission des droits de l’homme de la Chambre des représentants, qui a demandé une enquête sur la manipulation des données de l’OEA lors des élections.

A cet égard, elle a déclaré aux médias américains que Trump et l’OEA ont une alliance qui « semble coïncider avec quelque chose de sinistre ».

Au sein de l’organisation basée à Washington, son rôle dans les relations avec le gouvernement vénézuélien a également été remis en question.

Le Premier ministre de Trinidad et Tobago, Keith Rowley, qui présidera la Communauté des Caraïbes (Caricom) cette année, a annoncé que son pays ne participera à aucun nouveau vote tant que le délégué vénézuélien contesté n’aura pas été renvoyé et que le représentant légitime du président Nicolas Maduro n’aura pas été rétabli.

Nous ne soutenons pas non plus une résolution tant que les personnes qui y siègent et qui représentent les pays ne sont pas appropriées, a-t-il dit.

Les éventuelles modifications de l’OEA seront également facilitées par les élections générales et parlementaires prévues cette année dans plusieurs pays, tels que l’Équateur et le Pérou, puis au Honduras, au Nicaragua, au Chili et en Colombie, entre autres, bien que les prévisions soient toutes imprévisibles.

source : Prensa Latina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *