fin-du-mandat-du-president-jovenel-moise-:-le-senateur-kedlaire-augustin-interpelle-par-me-andalasse-mertilus

Fin du mandat du Président Jovenel Moïse : le sénateur Kedlaire Augustin interpellé par Me Andalasse Mertilus

Nord-Ouest, dimanche 3 janvier 2021 ((rezonodwes.com))–

Au sénateur Kedlaire Augustin

Objet : Interpellation

Monsieur le sénateur,
Je me permets de vous écrire publiquement pour exprimer mes préoccupations et de grandes inquiétudes face aux futurs événements au cours desquels le pays pourra ne pas être gagnant et vous sommer de vous positionner publiquement en tant que Constitutionnaliste, doublé de sénateur de la République et triplé d’originaire de la région Capoisienne.

En lisant ma lettre ouverte, certainement, vous avez déjà comme première impression que je vous mettrai dans l’insécurité compte tenu des velléités dictatoriales exprimées publiquement par le pouvoir Exécutif.

Je n’ai nullement l’intention de mettre les projecteurs sur votre personne pour vous ennuyer, mais vous demander des comptes, est mon droit le plus entier, à vous, de tenir compte de tout ce qui peut arriver quand on prend des positions courageuses pour le respect scrupuleux de la constitution et des lois de la République.

Honorable sénateur, j’ai appris à vous connaître académiquement en 2003 lors de votre brillante participation à l’émission « Impasse quelle Issue » diffusée sur les antennes de Télémax, animée par Garry Pierre Paul Charles. L’un des points saillants de l’actualité de l’époque c’était la tentative constitutionnelle (art 282) du président Jean Bertrand Aristide d’amender la Constitution aux fins de chanter les funérailles des Forces Armées d’Haïti et bénéficier bien d’autres avantages politiques qui en découleront.

À l’émission, vous aviez précisé que l’article 284.4 est bafoué dans le cadre des amendements proposés par Aristide. Votre magistrale intervention a poussé le Constituant Renold Georges à vous serrer la main en pleine émission. Après l’échec des séances boycottées par le camp kaki du Sénat, conduit par le Major Dany Toussaint, les amendements proposés par l’exécutif d’Aristide tombent. Certains militants de hauts rangs du régime Lavalas avaient vendu la mèche en brandissant l’hypothèse de référendum, le Constitutionnaliste Kedlaire Augustin, à l’émission « Opinion » sur Vision 2000, animée par Marie Lucie Bonhomme, avait brandi l’article 284.3 de la constitution pour prouver l’inconstitutionnalité d’une telle démarche.

À l’heure actuelle, vous êtes sénateur, quoique je sois en désaccord certain avec la présence de (10) dix citoyens au Temple de Jules César et de Pétion, émargés au budget de la République, dépourvus du pouvoir de contrôle et législatif, mais de fait, vous y êtes quand même.

Dites moi, sénateur, vous ne lisez plus la Constitution? Le président Jovenel Moïse a mis en place une commission chargée de doter la République d’une nouvelle constitution via un référendum nauséabond. Ce n’est pas cette même République dont vous êtes l’un des sénateurs? Je ne vais pas vous demander de vous prononcer sur le CEP mort-né, c’est une vaste plaisanterie politique, je laisse tomber également les Décrets scélérats qui vont tomber le même jour que leur initiateur, encore vous auriez dû vous laver les mains dans ces bêtises que la postérité à coup sûr, en tiendra compte.

Honorable sénateur, j’avais pris la courageuse décision de faire campagne pour vous dans un second tour sénatorial difficile et ceci, à l’encontre de la position idéologique clairement exprimée par une large majorité de mon équipe politique dans le Nord-ouest, un vote que j’aurai toujours à expliquer. C’était un risque calculé. Mais je l’assume jusqu’à la dernière cartouche.

L’intellectuel Kedlaire Augustin m’a beaucoup charmé, la fougue de jeunesse de Me Kedlaire Augustin, ses connaissances incontestables en droit Constitutionnel m’intéressaient vivement, renforcer la ligne d’attaque du Nord-ouest au Parlement était mon obsession et doter le pays de grands Senateurs comme derniers remparts et gardiens de la constitution, était également mon véritable désir. Voilà le mobile réel de mon vote et de (40) quarante jours de campagne sans relâche.

Honorable sénateur et constitutionnaliste, le (13) treize janvier 2020, le président de la république via un tweet a constaté la caducité du Parlement, ce qui constitue une grave anomalie dans la forme, mais au fond, il faut reconnaître que les mandats constitutionnels des sénateurs touchaient à leur fin(art 95 de la constitution) et article 239 alinéa b du Décret électoral de 2015, en dépit des réserves exprimées aux articles 50.3 et 50.7 du dit Décret.

Ce débat n’avait pas pu trouver les mots du Constitutionnaliste législateur Augustin. C’était ma grande déconvenue. N’était-ce pas Mme Mirlande Manigat qui a placé le dernier mot pour couper le souffle des sénateurs et a apporté un bouffé d’oxygène à l’Exécutif qui voulait à tout prix se débarrasser de Youri Latortue et de Nenel Cassy. Une victoire à la Pyrhus? Oui! L’autre bord du coutelas vient d’être aiguisé de la même efficacité que le premier. Je l’ai déjà signalée dans un article depuis l’année dernière.

Advertisement

Mais où est passé le grand Kedlaire Augustin dans tout cela? Où est passé mon vote et ceux de mes partisans des 39 sections communales du Département? Le débat d’aujourd’hui est presque clos sans le mot du seul Constitutionnaliste législateur; le respect scrupuleux de la constitution le 7 février 2021.

Votre marraine de promotion, Mirlande Manigat s’est exprimée là-dessus, Me Monferier Dorval l’a clairement précisé dans plusieurs conversations privées et son article était en cours de parution, mais la force brutale des choses a stoppé la lecture de l’article au grand public. Mais toute la communauté intellectuelle du pays savait déjà que Me Monferier Dorval était pour le respect des articles 134.1, 134.2, 134.3, 135.1 et 136 de la constitution haïtienne du 29 mars 1987 et de l’article 239, alinéa A du Décret électoral de 2015.

Honorable sénateur, je comprends très bien votre situation, vous avez peur d’être Dorvalisé, mais écoutez, la vie politique est austère et exige de lourds sacrifices « timoun pa al nan jandam ».

Quelques mois d’exil ne vous dérangeront pas, pourvu que vous sauviez votre honneur et votre probité intellectuelle. À titre de rappel historique, Anténor Firmin était ministre du gouvernement de Tiresias Simon Sam, quand la confusion régnait sur la date exacte de la fin du mandat constitutionnel de Tiresias Simon Sam, notre Firmin National, s’est positionné courageusement en faveur de la constitution au détriment du Portefeuille des Finances qu’il occupait tranquillement. Ce qui a valu à Firmin une grande notoriété dans la région des Caraïbes et n’était-ce le coup d’État contre le gouvernement provisoire de Boisrond Canal le 17 décembre 1902, le Firminisme triompherait.

Ce n’était pas seulement le « Traité de l’Égalité des Races Humaines » qui a fait de Firmin un homme extraordinaire, mais ses prises de positions d’homme d’État, avaient joué un rôle prépondérant dans la montée du Firminisme en Haiti.

Oui! On a cette pratique malsaine dans le pays, assassiner des sénateurs pour leurs positions courageuses, la liste est longue: les sénateurs Yayou, Delva, Magloire Ambroise, Gérin, Derenoncourt, Coicou, Delpêche, Ivon Toussaint et le cas encore suspect le sénateur Jean Robert Sabalard dans un accident visiblement planifié.

Le grand Kedlaire Augustin sera considéré comme petit dans le sens diminutif du terme, s’il rate ce débat à dire vrai presque clos, sans placer ses mots dans le sens de la majorité nationale, mais avec des considérations techniquement nouvelles.

Dans l’attente de la déclaration qui brisera publiquement votre silence jusque-là complice des actes malhonnêtes de Jovenel Moïse, au nom de la jeunesse Nord’Ouesienne et des citoyens éclairés d’Haiti qui se sont déjà positionnés en faveur de l’application des articles cités plus haut notamment l’article 134.2 de la Constitution et l’article 239 du Décret électoral de 2015, je vous SOMME d’emboîter le pas et de renforcer votre sécurité.

Les 51.000 électeurs du Nord-ouest qui se sont sacrifiés pour faire de vous leur 43ème représentant au Temple d’Alexandre Pétion, m’ont chargé de vous souhaiter une bonne et une fructueuse Année 2021 et que le grand architecte de l’univers, vous comble en retour de ses abondantes bénédictions.

Andalasse Mertilus
Normalien Supérieur
Avocat au Barreau de Port de Paix
Supporteur inconditionnel du candidat Kedlaire Augustin au second tour du scrutin de 2016

L’image peut contenir : 1 personne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *