vu-des-etats-unis-|-toussaint-louverture-et-la-revolution-haitienne,-grands-absents-des-manuels-scolaires-francais

Vu des États-Unis | Toussaint Louverture et la révolution haïtienne, grands absents des manuels scolaires français

Dimanche 3 janvier 2020 ((rezonodwes.com))– Le chef de file de la révolution anti-esclavagiste de la fin du XVIIIe siècle, “représentant ultime de l’esprit des Lumières”, mériterait une place bien plus importante dans l’histoire française de l’esclavage, estime le New Yorker, qui décrypte les raisons de cette absence.

Quelle est la place accordée dans les manuels scolaires français à celui que l’universitaire britannique réputé Sudhir Hazareesingh qualifie, auprès du New Yorker, de “premier super-héros noir de l’ère moderne” ? Quasiment aucune car, selon le magazine, “la France n’a pas considéré que lui et son combat étaient des éléments indispensables de son récit national”. Or, qu’a accompli, au cours du XVIIIe siècle, l’Haïtien Toussaint Louverture, “né esclave dans une plantation de cannes à sucre de Saint-Domingue” au début des années 1740 ? Trois fois rien, détaille le New Yorker. À part “mener une révolution” qui a fini par “forcer la France à abolir l’esclavage en 1794”. Et, dans le détail :

Il a unifié les populations noires et métisses de l’île sous son commandement militaire, défait successivement trois commissaires français, battu les Britanniques, vaincu les Espagnols ; et, en 1801 – bien qu’il ait été blessé 17 fois sur les champs de bataille et qu’il ait perdu la plupart de ses dents de devant lors de l’explosion d’un boulet de canon –, il a écrit une nouvelle Constitution abolitionniste pour Saint-Domingue, affirmant : ‘Il ne peut exister d’esclaves sur ce territoire, la servitude y est à jamais abolie. Tous les hommes y naissent, vivent et meurent libres et Français.’”

Advertisement

Pourtant, “pour le moment, un élève français classique termine son cursus au lycée en entendant très peu parler de tout ceci”. Malgré le fait que le précurseur du panafricanisme du XXe siècle, Marcus Garvey, estimait, selon le New Yorker, que la virtuosité de Louverture “en tant que soldat et homme d’État surpassait celle d’un [Oliver] Cromwell, d’un Napoléon ou d’un [George] Washington”.

Lire la suite ici

Photo : Inauguration d’une sculpture représentant Toussaint Louverture au musée du Nouveau Monde, à La Rochelle, en mai 2015. Xavier LEOTY / AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *