listin-diario-:-l’economiste-fritz-jean-reclame-le-depart-de-jovenel-moise-et-demande-aux-usa-de-retirer-leur-soutien-au-regime-de-facto

Listin Diario : L’économiste Fritz Jean réclame le départ de Jovenel Moise et demande aux USA de retirer leur soutien au régime de facto

Jeudi 18 février 2021 ((rezonodwes.com))–

L’économiste et homme politique Fritz Jean analyse la situation créée dans le pays après la tentative de coup d’État, avec un prétendu plan d’assassinat, dénoncé par le président plénipotentiaire Jovenel Moise, que de larges secteurs jugent illégitime lorsqu’ils comprennent que son mandat a expiré le 7. Fevrier.

Jean affirme que Moise, qu’il appelle « ancien président », souhaite établir une dictature en Haïti et l’accuse d’avoir orchestré un « coup d’État imaginaire ».

Dans une interview accordée au Journal dominicain Listin diario , le président de l’Observatoire de l’Institut haïtien des politiques publiques (INHOPP) met en garde contre la « situation explosive » dans un pays profondément bouleversé par le soutien international au président interrogé, bien qu’il s’attende à une rectification prochaine de la nouvelle Administration américaine. Il distingue également les élites haïtiennes pour leur contribution à l’appauvrissement de la population et à l’établissement d’une société silencieuse d’apartheid.

Quelle est la situation actuelle en Haïti après les événements du dimanche 7 février? Quelle est l’origine de cette crise?

Selon la Constitution haïtienne, le mandat de l’ancien président Jovenel Moise a pris fin le 7 février 2021. Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) et la Fédération des avocats haïtiens le confirment. La Conférence épiscopale d’Haïti, dans une note adressée à la nation le 2 février 2021, rappelle que le président de la République a appliqué la loi électorale des députés, sénateurs et maires les années précédentes. Il a ainsi affirmé l’unité de la loi pour tous les élus, y compris lui-même, proclamant ainsi que la loi est une pour tous. Par conséquent, les évêques ont demandé à l’ancien président de respecter la Constitution et d’accepter la fin de son mandat le 7 février 2021.

En s’accrochant au pouvoir, l’ancien président s’est élevé contre la loi mère du pays et s’oppose à toutes les organisations de la société civile – organisations de défense des droits de l’homme, syndicats, universitaires, églises – qui s’opposent à cette violation de la Constitution et à la déconstruction des institutions qui subsistent. En effet, pour saper toute volonté des responsables de l’Etat de respecter la loi et la Constitution, l’ancien président a instrumentalisé la Police nationale et a arrêté et humilié un juge de la Cour de cassation, Yvickel Dabresil *, pour un coup d’État imaginaire. L’ancien représentant semble obliger les Haïtiens, par tous les moyens, à l’accompagner dans sa réalité alternative.

Suite à cette décision unilatérale de l’ancien président de la République de rester au pouvoir au-delà du 7 février 2021, à cause de la violence, du gaspillage des fonds de l’État avec des cabinets de lobbying à Washington, et de la manipulation des médias, Haïti est dans une situation explosive.

En maintenant un état prédateur, qui fournit à peine certains services de base à la population, les élites haïtiennes, collectivement, ont contribué à l’appauvrissement de la population et à l’établissement d’une société silencieuse d’apartheid. La forme ultime de cette configuration est la prise de l’État par une frange d’élites économiques et quelques hommes politiques entreprenants, par l’instrumentalisation des organes étatiques et la cooptation de groupes de jeunes armés pour maintenir leurs pouvoirs. La crise actuelle n’est rien de plus qu’une manifestation de l’exacerbation des conflits entre ces groupes et le reste de la population découragée.

Advertisement

Le pays est-il au bord d’une guerre civile, d’un affrontement armé?

Je doute fort qu’il y ait une confrontation armée en Haïti. Si la crise n’est pas résolue dans un délai raisonnable, il y aura sûrement des escarmouches isolées de citoyens fatigués du niveau insoutenable d’exclusion économique et sociale. De plus, les symptômes du désespoir sont visibles: émigration désordonnée vers les îles des Caraïbes et d’Amérique latine; les bateaux qui envahissent les côtes de Floride, la prostitution des jeunes, l’utilisation des jeunes dans les gangs armés … La violence, déjà insoutenable avec les enlèvements, viols et meurtres, va augmenter jusqu’à ce que les acteurs de la société civile et ceux du secteur des face aux violations de la Constitution et des droits de l’homme, ils rejoignent les revendications de la population ouvrière contre les abus de cet État voyou. Évidemment, le soutien parfois tacite d’acteurs des principales capitales mondiales d’Amérique du Nord et d’Europe aux responsables actuels en Haïti les renforce dans leurs actions anti-démocratiques et contribue à attiser les violences étatiques.

Une déclaration claire en faveur de l’État de droit contribuera sans aucun doute à désamorcer cette bombe sociale.

Le président d’Haïti a dénoncé une tentative de coup d’État avec un plan pour l’assassiner.

Comment parler d’un coup d’État contre un ancien président qui assiste à un carnaval après un attentat à sa vie? Le mandat du président a expiré le 7 février 2021, selon les constitutionnalistes et universitaires du pays. Afin de ne pas s’écarter de la Constitution, les partis politiques et les personnalités de la société civile ont envisagé l’élection d’un juge de la Cour de cassation, parmi trois noms choisis, pour diriger les affaires de l’État pendant l’organisation des élections présidentielles. L’un des prétendants est le juge Dabresil. S’il y a un coup à imaginer, il doit être contre ces trois juges. Pour les Haïtiens raisonnables, cela ressemble à un mauvais scénario pour un film hollywoodien, joué par des acteurs médiocres.

Source : https://listindiario.com/las-mundiales/2021/02/18/657612/fritz-jean-haiti-esta-en-una-situacion-explosiva

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *