la-pression-monte-:-un-conseiller-de-jovenel-moise-demande-aux-americains-de-ne-pas-s’immiscer-dans-les-affaires-internes-d’haiti

La pression monte : Un conseiller de Jovenel Moïse demande aux américains de ne pas s’immiscer dans les affaires internes d’Haïti

Face à la pression de l’opinion Internationale, le conseiller de Jovenel Moïse, Patrick Crispin, invite les Etats-Unis à ne pas s’immiscer dans les affaires internes d’Haïti.

Vendredi 19 février 2021 ((rezonodwes.com))– En rèponse à une déclaration faite sur son compte Twitter , le Mardi 16 février, par Julie Chung, secrétaire adjointe par intérim du bureau des affaires de l’hémisphère occidental du Département d’État des États-Unis, pour exprimer sa préoccupation quant aux dernières décisions prises par le pouvoir en place, le Conseiller du Président de facto Jovenel Moïse, affirme qu’Haiti est un Etat souverain et invite les Etats-Unis à ne pas s’immiscer dans les affaires internes d’Haïti.

Le régime de facto Têt Kale en Haïti semble être très contrarié par cette position nuancée de la responsable du Département d’Etat.

« Je suis préoccupée par les récentes actions autoritaires et non démocratiques, des nominations et retraits unilatéraux des juges de la cour suprême aux attaques contre des journalistes. Le respect pour les normes démocratiques est vital et non négociable », a tweeté l’officielle américaine assurant que les États-Unis ne resteront pas silencieux alors que les institutions démocratiques et la société civile sont attaquées.

Un autre conseiller très influent du régime dictatorial en place en Haiti , M. Renald Luberice ,a même tenté de faire la leçon aux responsables américains.

« Norme démocratique signifie aussi qu’un juge ne peut pas s’autoproclamer « président de la république » sans que la constitution ne le prévoit, au mépris de la loi sur la magistrature. Tolérer de tels actes c’est ne pas respecter Haiti et son peuple, écrit–il sur compte Twitter.

Rappelons que ce vendredi une centaine de célébrités demandent à Trudeau de ne plus supporter Jovenel Moïse.

Dans une lettre adressée au Premier Ministre Canadien elles affirment :

« Le gouvernement canadien doit mettre fin à l’appui qu’il donne à un président haïtien répressif, corrompu et dépourvu de légitimité constitutionnelle. Au cours des deux dernières années, les Haïtiens ont manifesté une opposition irréductible à Jovenel Moïse au cours de manifestations massives et de grèves générales exigeant qu’il soit démis de ses fonctions. »

Advertisement

Ces personnalités demandent au gouvernement canadien d’arrêter d’appuyer une dictature répressive et corrompue en Haïti.

D’un autre coté des universités américains appellent le gouvernement américain à condamner les actions de Jovenel Moïse

Dans une déclaration elles exhortent l’administration Biden à tracer une nouvelle voie dans les relations américano-haïtiennes.

«L’actuelle administration américaine ne devrait pas continuer la pression indue que l’administration Trump a exercée sur les acteurs haïtiens pour qu’ils acceptent un processus électoral inconstitutionnel», indique le communiqué. «Au lieu de cela, l’administration Biden devrait soutenir la démocratie et les droits de l’homme et condamner les attaques de Moïse contre les institutions constitutionnelles d’Haïti. Sinon, Moïse pourrait être encouragé à restreindre davantage les droits de l’homme et la démocratie. »

La déclaration demande également aux États-Unis de mettre un terme aux expulsions, compte tenu de l’instabilité politique. «Depuis début février, l’ICE a expulsé plus de 600 personnes vers Haïti, dont beaucoup n’ont même pas eu la possibilité de demander l’asile. Ces vols ont inclus de nombreux enfants, nourrissons et femmes enceintes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *