quelque-48-h-apres-le-carnaval-coronavirus-de-jovenel-moise,-l’onu-avertit-que-plus-de-4,4-millions-d’haitiens-necessitent-une-aide-d’urgence

Quelque 48 h après le carnaval-coronavirus de Jovenel Moise, l’ONU avertit que plus de 4,4 millions d’Haïtiens nécessitent une aide d’urgence

Jovenel Moise a su donner la vraie définition d’un « état-voyou » en plaçant à la tête de la Délégation Départementale de l’Artibonite, un ancien fonctionnaire public révoqué pour corruption grave en mai 2015… Rezo Nòdwès a appris qu’aucune autorité religieuse de la Cité de l’Indépendance n’a accepté de rencontrer le dictateur en herbe dans les Caraïbes, venu déblatérer dans la ville du grand intellectuel Jacques Stephen Alexis.

Selon l’ONU, le nombre de personnes dans le besoin a augmenté de 79 % par rapport à février 2020, où 2,6 millions de personnes avaient besoin de cette assistance.

Jeudi 18 février 2021 ((rezonodwes.com))–Alors que le président de facto Jovenel Moise, indexé de corruption et de blanchiment d’argent, vient de dépenser follement des fonds du trésor public, écartant – corruption oblige -, toute possibilité pour la CSCCA de faire un audit, un fait assimilé au détournement, l’ONU a averti jeudi que « plus de 4,4 millions d’Haïtiens, soit 40 % de la population, pourraient avoir besoin d’une aide humanitaire en 2021« 

Selon l’étude du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), la crise politique et économique, les pandémies et les catastrophes naturelles ont contribué à aggraver la situation des plus vulnérables, sans toutefois mentionner la corruption qui est devenue la règle de gouvernance en Haïti, depuis 2017.

Le texte alerte que le nombre de personnes dans le besoin a augmenté de 79 % par rapport à février 2020, où 2,6 millions de personnes avaient besoin d’aide.

Depuis 2018, les chocs politiques extrêmes ont affecté négativement la fragilité et la résilience de la population, auxquels s’ajoutent le fléau du Covid-19 et les effets d’événements naturels tels que la tempête tropicale Laura, qui a fait une trentaine de morts l’an dernier.

L’OCHA a également noté l’impact de l’insécurité, l’augmentation des enlèvements et des affrontements de gangs armés qui ont entraîné la mort de civils, l’incendie de maisons et le déplacement de la population.

La Commission nationale de la sécurité alimentaire a annoncé début février qu’au moins 42 % des 11,4 millions de personnes dans le pays ont besoin d’aide, et que 905 471 d’entre elles sont en phase d’urgence.

Selon l’agence, en juin de cette année, plus de 1,1 million de personnes auront besoin d’une aide d’urgence et 33 % de la population sera en crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *