mandat-jovenel-moise-:-un-citoyen-haitien-dezingue-l’ambassade-d’haiti-a-paris

Mandat Jovenel Moïse : un citoyen haïtien dézingue l’Ambassade d’Haiti à Paris

Réponse à la note d’explication sur la situation politique haïtienne envoyée par l’Ambassade d’Haiti à Paris

En réponse à l’Ambassade d’Haïti à Paris

Vendredi 19 février 2021 ((rezonodwes.com))– L’étalage de la déliquescence de nos services extérieurs dans la « Note d’explication sur la situation politique haïtienne » de l’Ambassade d’Haïti à Paris datée du 10 février 2021, est très inquiétant.

Tout citoyen haïtien honnête ne peut qu’être consterné devant l’incapacité d’une mission diplomatique, l’un des plus importants postes à l’étranger, à produire le moindre document officiel de l’État haïtien pour justifier les actes de ses chefs.

Les minces et chancelants éléments exposés pour soutenir les allégations de nos diplomates proviennent d’une source de presse française, le quotidien Le Monde, et d’un rapport de la mission d’observation électorale de l’OEA au Conseil Permanent en 2017. Ne pouvait-on pas faire mieux dans une note qui prétendait apporter des « précisions factuelles » ?

Chers compatriotes diplomates, j’aurais pu faire le détour passer, aux Presses nationales et vous envoyer par courrier express quelques numéros du journal officiel, Le Moniteur. Ils auraient pu aider dans cette tâche ingrate.

Ce serait seulement pour servir mon pays, même en étant résolument hostile aux actuelles autorités de facto. Haïti d’abord ! Pourquoi une telle précipitation à exhiber les lacunes de notre outil diplomatique ? Le temps aurait fait son travail de renvoi aux oubliettes des charabias d’un ministre sur France 24 ?

En bon citoyen, j’aurais pu, en toute sincérité, vous envoyer les numéros suivants du Moniteur pour « les précisions factuelles » :

Le Moniteur, du lundi 2 mars 2015, numéro spécial 1 : Décret électoral ;
Le Moniteur, du mercredi 30 mars 2016, numéro 60 : Arrêté nommant les membres du Conseil électoral Provisoire ;
Le Moniteur, du vendredi 27 mai 2016, numéro 96 : Arrêté élargissant le mandat du Conseil électoral provisoire ;
Le Moniteur du vendredi 21 octobre 2016, numéro spécial 16 : Arrêté convoquant le peuple dans ses comices le lundi 21 novembre 2016.

Advertisement

Ces documents officiels vous auraient-ils été d’une quelconque utilité ? Je réponds à l’affirmative, croyant en la perfection de l’être humain, qu’ils auraient, peut-être, incité à sauver l’honneur. Surtout à comprendre que la forfaiture, le coup d’État, est indéfendable. Et, qu’en certaines circonstances, le silence peut être un acte de courage, une manifestation infraliminale de patriotisme en l’occurrence. Amusons-nous un moment, faisons comme au poker.

Juste pour annoncer, je vous cite quelques points du Moniteur du 27 mai 2016 relativement à la mission du Conseil électoral provisoire : « Poursuivre le processus électoral initié en 2015… Finaliser les élections présidentielles ».

Voyez-vous, le scrutin présidentiel qui avait lieu le 21 novembre 2016 ne constituait pas de nouvelles élections ! Contrairement à ce que vous affirmez en reprenant, en jakorepetan, les arguties de l’OEA, réputée spécialiste en manipulation électorale, comme en Bolivie l’année dernière.

Avant de prendre congé, de grâce chers compatriotes, ne faites plus usage de ces mots de colons, entre menace et condescendance : « Haïti est à un tournant où nous avons besoin de tous nos amis, médias et institutions internationales pour nous aider à relever le défi de faire entrer dans les mœurs politiques haïtiennes le respect du résultat des urnes ».

Yo chèche ba pèp Ayisyen leson tout jan deja. Pèp la granmoun, li majè ! Li pa nan ti mès abolotcho !

                             H. L’ouverture, 12 février 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *