conseil-de-securite-:-jovenel-moise-s’est-fait-passer-un-savon-par-ses-supporteurs-de-la-communaute-internationale

Conseil de sécurité : Jovenel Moïse s’est fait passer un savon par ses supporteurs de la communauté internationale

minute de la rédaction

Lundi 22 février 2021 ((rezonodwes.com))– Triste journée pour Haïti, ce pays au passé glorieux, au présent douloureux et à l’avenir incertain.

Jovenel Moïse, président de facto s’accrochant au pouvoir, en dépit de la fin de son mandat constitutionnel, s’est fait rabrouer par les principaux pays qui le supportent malgré ses dérives dictatoriales.

Devant le Conseil de Sécurité, le  »Monsieur je sais tout, je fais tout » a préféré envoyer promener ses diplomates pour essayer de défendre le bilan indéfendable d’un mandat qui ne cesse d’entraîner le pays vers la ruine et le déshonneur.

Si  »Jojo Apredye » a pu compter sur le support sans faille de la représentante de l’ONU, Helen La Lime, qui a minimisé l’impact de la résistance de la société civile et a prôné la tenue d’un référendum constitutionnel illégal aussi bien que des élections unilatérales, la plupart des interventions ont sonné comme des coups de fouet du maître sur un esclave paresseux.

Son plus proche et grand allié, les États-Unis d’Amérique a exigé de mettre un terme à la politique de décrets en folie, aux violations des droits de l’homme et à l’impunité tout en le reprochant de n’avoir jamais organisé d’élections dans le pays et d’avoir attaqué l’indépendance de la justice sans gêne.

 »La Saline, Bel Air et l’assassinat de Monferrier Dorval en août soulignent tous l’urgence de mettre fin à l’impunité, à commencer par des actions concrètes pour protéger les citoyens de la violence grâce à une police efficace et à un jugement rapide des affaires pénales », a déclaré l’Ambassadeur Jeffrey DeLaurentis.

La Chine a dénoncé la persistance de la corruption en Haïti, estimant que les dirigeants doivent être tenus responsables du désespoir du peuple.

 »C »est inadmissible », s’est exclamé le représentant du Mexique qui dénonce les attaques contre les organisations de Droits humains et condamne celles contre les journalistes.

La représentante de l’Irlande exige justice soit faite et a trouvé effrayant que 95,9% d’augmentation de violations de droits de l’homme ont été enregistrés dans le pays. Pour l’Irlande, le peuple haitien mérite une vie de paix et sans violence.

Advertisement

La représentante de la France est allée plus loin et a interpellé directement le président de facto, un inculpé de blanchiment d’argent.

 » Monsieur le président, en matière de sécurité et de droits de l’homme, les autorités doivent faire davantage. Je pose la question sans détour. Comment est-il possible que Jimmy Cherizier soit encore aujourd’hui en liberté? Les responsables de massacres de La Saline ou de Bel-Air doivent être traduits en justice. Je constate que l’enquête sur l’assassinat de Monferrier Dorval ne progresse pas. La lutte contre l’impunité doit être la priorité des autorités », a grondé l’ambassadrice.

Déboussolé, le président de facto a perdu sa verve et son superbe, bafouillant : »Je ne vais pas re…com.. pendre maintenant. Je suis bien… être,.., bien édifié ».

Mais, Jovenel Moïse a eu ce qu’il voulait. Ses patrons lui permettent de garder encore le pouvoir, même si, et surtout, parce qu’il ne dirige rien, n’administre rien, et ne fait que laisser son clan faire main basse sur les maigres ressources du pays. L’un des plus pauvres au monde et le plus corrompu de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *