hedouville-et-la-lime-en-renfort-a-la-constitution-de-jovenel-moise-:-l’ingerence-du-binuh-et-de-l’opc-denoncee

Hedouville et La Lime en renfort à la Constitution de Jovenel Moïse : l’ingérence du BINUH et de l’OPC dénoncée

Le Collectif des anciens députés de l’opposition et alliés (CADOA) en réponse à la démarche du Protecteur du citoyen, Renan Hédouville de saisir la justice contre le docteur Shiller Louidor et l’ancien député Deus Déronneth pour des menaces proférées contre des membres de l’Office de la protection du citoyen (OPC), dénonce des tentatives du Bureau intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH)  de corrompre les membres de l’OPC

Mardi 23 février 2021 ((rezonodwes.com))– L’ancien député de la circonscription de Port-Salut, Sinal Bertrand, blâme l’officier protecteur Renan Hédouville pour avoir engagé l’Office de la protection du citoyen dans une entreprise qui ne relève pas de sa mission.

En conférence de presse, lundi 22 février à Delmas, les membres du CADOA ont exprimé leur solidarité envers l’ancien député Deus Déronneth et le docteur Shiller Louidor, objets d’une plainte de l’OPC pour des menaces et intimidations graves à l’encontre de son personnel, selon Renan Hédouville.

L’ancien parlementaire révèle que le BINUH, dans sa volonté de continuer à supporter le pouvoir s’est engagé dans une démarche visant à saper l’avenir de l’OPC. Il évoque des pots de vins attribués par l’organe des Nations-Unies aux responsables de l’OPC pour accélérer le processus de consultation sur la réforme de la Constitution. De tels agissements, selon l’ancien membre de la 50ème Législature, traduisent les velléités de violer la souveraineté nationale à travers la Charte fondamentale d’Haïti.

Parallèlement, le CADOA dénonce la volonté de Jovenel Moïse d’instaurer une dictature en Haïti en dépit du fait que son mandat constitutionnel arrive à terme depuis le 7 février dernier. L’ancien représentant de la circonscription de Mireblais, Abel Descollines évoque la répression populaire exercée par la Police nationale d’Haiti contre des manifestants à Port-au-Prince et ailleurs. Il met en cause la volonté de la communauté internationale d’imposer ses quatre volontés au peuple haïtien en dépit des contestations exprimées pour désapprouver l’ingérence internationale.

Advertisement

Dans l’intervalle, les membres du CADOA encourage la population à s’impliquer dans les mouvements visant à dénoncer l’inacceptable et à forcer Jovenel Moïse à respecter la Constitution. La marche citoyenne prévue pour le 28 février prochain à Port-au-Prince sera l’occasion pour toutes forces vives de la nation de s’impliquer pour faire valoir leur position sur la situation sociopolitique du pays.

D’autres interventions dont celles de l’ancien député de la troisième circonscription de Port-au-Prince, Printemps Bélizaire, celle de Joseph Manès Louis sur le phénomène du kidnapping et de l’insécurité généralisée appellent à une mobilisation populaire pour faire échec à ce pouvoir hors la loi, selon leur considération.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *