bas-artibonite-|-irrigation-:-le-capac-lance-une-alerte-sur-le-risque-de-perte-de-recolte-sur-plusieurs-hectares-de-riz-des-paysans

Bas-Artibonite | Irrigation : Le CAPAC lance une alerte sur le risque de perte de récolte sur plusieurs hectares de riz des paysans

Communiqué de Presse

Lundi 21 juin 2021 ((rezonodwes.com))–

Le Centre d’Animation Paysanne et d’Action Communautaire -CAPAC fidèle  à sa mission  alerte et rappelle aux autorités que les paysans du Bas-Artibonite dépendent de l’eau pour produire des aliments et assurer la survie de leurs familles . Face aux chiffres très alarmants de CNSA, 4.4 millions de personnes souffrent de la faim en Haïti soient 46% de la population , CAPAC  défend toujours  le droit à l’eau pour l’agriculture dans les communes du département de l’Artibonite touchées par cette crise de l’eau , solution clé au défi de la sécurité alimentaire.


Au niveau  de la Vallée de l’Artibonite, avec ses 28 000 ha irrigués, est la plus importante zone rizicole du pays (plus de 50% des superficies) mais la production  souffre de nombreux problèmes, parmi lesquels la disponibilité en eau, en intrants, en services de labourage, le manque de technicité des planteurs, ainsi que la valorisation de la production (pertes post-récolte, qualité, commercialisation…).

Depuis plus de 4 ans, les autorités étatiques  d’Haïti  via  le Ministère de l’Agriculture de Ressources Naturelles et le Développement  Rural et l’ODVA sont inactives dans la Vallée de l’Artibonite. Dans cette partie du pays , il y a trois (3) ans , ce sont les gangs qui ont fait la loi, avec l’effort de membres de la population et la Police Nationale d’Haiti ( PNH) les gangs Armés sont en fin chassés .

Aujourd’hui , le CAPAC demande aux autorités Haïtiennes  d’intervenir rapidement aux secours des habitants  qui ont une pénurie d’eau d’irrigation . Depuis plusieurs années les drains et les canaux d’irrigation ne sont pas nettoyés et les autorités n’ont investi aucun argent  du budget de l’état  dans la valorisation de la riziculture.


Les précipitations et les ressources en eau sont assez abondantes pour satisfaire les demandes d’eau, mais le curage des canaux et les infrastructures pour développer et maintenir les conditions d’approvisionnement en eau font défaut dans le département.

Le CAPAC demande aux autorités d’adopter  des politiques publiques adéquates qui  permettront de minimiser les conséquences sur la production agricole et les revenus ruraux, car il ne faut pas oublier que l’agriculture assure la sécurité alimentaire des populations, crée des emplois, contribue au développement des zones rurales.

Advertisement

Le Centre d’Animation Paysanne et d’Action Communautaire – CAPAC exhorte les autorités concernées :

–  De développer rapidement un programme d’urgence à haute d’intensité de main d’œuvre afin d’assurer le nettoyage des canaux d’irrigation ;

–  À adopter une politique globale et intégrée permettant de   faire la  gestion des ressources en eau qui, à partir d’une évaluation et d’un suivi permanent des disponibilités et des besoins;

–  D’opérer  des ajustements nécessaires entre l’offre et la demande et les arbitrages appropriés entre utilisations concurrentes;

– À adopter une tarification de l’eau flexible selon les usages et les secteurs, tout en rapprochant progressivement le prix de l’eau de son coût réel pour prévenir toute consommation excessive, sans pour autant pénaliser le secteur agricole, qui assure la sécurité alimentaire des populations et pour lequel l’eau constitue une ressource indispensable;


–  À développer une  coopération avec des  organisations agricoles pour améliorer l’information, la formation et l’assistance aux agriculteurs en matière de techniques d’irrigation et de méthodes de culture, de choix de variétés peu consommatrices d’eau et d’une valeur marchande rémunératrice;

– À promouvoir la recherche en matière de technologies d’irrigation, de techniques de recyclage et de réutilisation des eaux usées et de sélection de variétés végétales peu consommatrices en eau, en accordant une attention particulière aux risques sanitaires et environnementaux.

En ce moment, sans droit à l’eau agricole des paysans du Bas- Artibonite n’auront pas de sécurité alimentaire . C’est pourquoi à travers cette note de presse le CAPAC défend et montre l’efficacité  de l’accès et l’usage de l’eau par des paysans du Bas -Artibonite.

Pour Authentification :

Chantale VALCOURT, Coordonnatrice Générale

Téléphone :+50937207026/+50934044743

E-mail :capac_h@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *