les-activites-judiciaires-reprennent-au-tribunal-de-premiere-instance-des-gonaives

Les activités judiciaires reprennent au Tribunal de Première Instance des Gonaïves

Lundi 21 juin 2021 ((rezonodwes.com))–

Il y a plus de 6 mois, suite à une  levée de bouclier dans le secteur judiciaire contre le président de la république, les tribunaux ont été paralysés, laissant dans la tourmente justiciables et simples citoyens.

Dans ce vaste mouvement, plusieurs institutions ont été incendiées par des individus non identifiés dont le Tribunal de Première Instance des Gonaïves.


Cette situation a complètement paralysé le fonctionnement de la justice au niveau du TPI des Gonaïves. Même pas une audience en Habeas corpus n’a été réalisée, voire les audiences correctionnelles, civiles ou criminelles.

Face à ce constat, le Commissaire du Gouvernement et les officiers ministériels de ce ressort se sont réfugiés au local logeant la délégation départementale de l’Artibonite à titre  provisoire.  Le parquet des Gonaïves n’a pas chômé, il a joué pleinement son rôle, recherchant crimes et délits, lançant des invitations et des ordres d’amener à l’encontre des contrevenants.

Pour pallier à cette situation, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) a été obligé de réaménager le TPI des Gonaïves. Et, pour l’instant, les travaux de réaménagement sont terminés.


La vie au Tribunal de Première Instance des Gonaïves reprend timidement ses droits. Des greffiers rédigent des expéditions, des jugements rectificatifs d’actes de naissance, des jugements d’homologation, préparent des casiers judiciaires et des jugements d’adoption, pour ne citer que ceux-là, Certains juges prennent siège en accomplissant leur mission sacro-sainte.

Advertisement

Pour l’instant, les Avocats de la juridiction des Gonaïves en chômage depuis plus de deux ans peuvent pousser un ouf de soulagement car bon nombre d’entre eux avaient déposé leurs toges en vue  d’effectuer d’autres activités en parallèle de la profession d’avocat, ils espèrent vider leurs mains des différents dossiers en souffrance de leurs cabinets.

Les justiciables qui ne savaient quoi faire peuvent se réjouir. Bon nombre de personnes qui sont en détention préventive prolongée peuvent espérer un jour comparaître par devant leurs juges naturels pour qu’un jour la justice statue sur leur sort.


Me Rosemond STEEVENS
Avocat au Barreau des Gonaïves.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *