jimmy-barbecue-et-ses-gangs-se-declarent- »revolutionnaires »,-ti-je-et-tet-kale-se-fendent-d’un-rire-d’outre-tombe

Jimmy Barbecue et ses gangs se déclarent  »révolutionnaires », Ti-Je et Tèt Kale se fendent d’un rire d’outre-tombe

Vendredi 25 juin 2021 ((rezonodwes.com))— Jimmy  »Barbecue » Cherizier, le chef des gangs pro-pouvoir, G-9, a déclaré que son organisation criminelle, une fédération de bandits légalisée par une commission présidentielle et félicitée par un organisme de l’ONU, s’est transformée en un front révolutionnaire.


Jimmy Barbecue est apparu dans une viidéo, entouré de membres de gangs brandissant des machettes et des armes à feu de gros calibre, promet de délivrer Haïti de la bourgeoisie, du gouvernement et … de l’opposition.

L’ancien policier devenu le plus puissant chef de gang en Haïti et qui a participé à divers massacres et violations de droits humains dans les quartiers populaires et sur des militants politiques anti-Jovenel Moïse, promet de s’attaquer aux grands pontes de l’establishment économique et de continuer avec les pillages d’entreprises, comme il l’a fait pour Marché Ti Tony.

 »C’est l’argent du peuple qui se trouve dans les magasins, les concessionnaires de véhicules, les supermarchés et les banques », a tonné l’homme fort de Bas-Delmas qui a personnellement et à visage découvert partcipé aux premiers actes de pillage. Mais, le commissaire du gouvernement a les yeux bandés !

Le chef des gangs G-9 (fédérés par le pouvoir afin de mettre un terme aux manifestions montres de l’opposition) a annoncé avoir pris ses distances du régime en place, mais personne n’est dupe. Pour la majorité des analystes, Jiimmy Barbecue est en mission commandée et ne vise qu’à affaiblier l’opposition afin de permettre à ses patrons de continuer à gader le pouvoir et à régner sans partage sur les ressources du pays.

Advertisement


L’annonce ubuesque de Barbecue ne manquerait pas de faire pouffer de rire un El Chapo dans sa cellule. Mais elle a assurément fait tiquer les chefs de gang ayant déjà passé l’arme à gauche, comme Ti-Je, Tet Kale, Labanyè et autres Adly qui ont côtoyé de leur vivant Michel Martelly et Jovenel Moise, les amoureux de gangs armés.

Quant à Anel Joseph, s’il n’est pas encore à dix pieds sous terre, sa jambe trouée d’une balle dans l’Artibonite, a dû déjà être prise d’un tremblement à la Parkinson dans le tiroir de la morgue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *