des-residents-de-fontamara-29-barricadent-les-rues-pour-demander-aux-autorites-de-deloger-les-bandits-a-martissant

Des résidents de Fontamara 29 barricadent les rues pour demander aux autorités de déloger les bandits à Martissant

Violence armée : Martissant et les quartiers limitrophes coupés du Sud d’Haïti

À hauteur de Fontamara 29, le groupe « Luc 65 », un regroupement de jeunes leaders de la société civile, dresse des barricades sur la chaussée afin d’interpeller les forces de l’ordre sur la nécessité d’adresser la problématique de la criminalité et du grand banditisme imposée par les hommes armés de Grand-Ravine et de Village-de-Dieu.


Vendredi 25 juin 2021 ((rezonodwes.com))– L’initiative des jeunes de « Luc 65 » vise à renforcer la vigilance contre l’assaut des hommes armés et prévenir des situations de troubles à l’ordre public à Fontamara. Des autobus, des carcasses de véhicule ont été mis en travers sur la chaussée.

Cette démarche, selon les initiateurs, s’inscrit également dans une stratégie pour porter les autorités compétentes à déloger les bandits de Grand-Ravine et de Village-de-Dieu et rétablir la paix, selon une source locale.

La circulation automobile, les activités commerciales ont été fortement troublé par le blocage des axes ouvrant sur le Sud d’Haïti. En milieu de journée du vendredi 25 juin, des usagers de la route, des commerçants se lassaient dans leur véhicule immobilisé sur la voie publique, poursuit le journaliste. De fortes détonations automatiques sporadiques ont également résonné dans le secteur.

Les gangs armés de Grand-Ravine et de Village-de-Dieu multiplient leur offensive sur la population civile dans la partie Sud de Port-au-Prince. Jeudi, le cadavre d’un jeune décapité, allongé sur la chaussée a choqué des passants contraints de presser le pas aux portes du quartier de Fontamara.

Advertisement


D’autres cadavres tombés en putréfaction, attaqués par des vautours, font monter de la pestilence en traversant l’entrée Sud de la capitale livrée aux mains des caïds.

Au quotidien, de fortes détonations sporadiques résonnent dans cet axe abandonné par les forces de l’ordre. On rapporte le décès d’une dizaine de citoyens atteints de balles perdues et d’une dizaine de blessés à la suite des affrontements entre des civils. L’image d’un vieillard touché à la hanche et décédé de ses blessures a scandalisé l’opinion.

Des agents spécialisés de la Police nationale d’Haïti retranchés dans des véhicules blindés limitent leur patrouille entre le sous-commissariat de Martisssant et une partie de ce quartier.  

Hervé Noel

vevenoel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *