la-fondation-pain-d’espoir-lance-un-cri-d’alarme-sur-la-situation-des-enfants-dans-les-camps-de-deplaces

La Fondation Pain d’Espoir lance un cri d’alarme sur la situation des enfants dans les camps de déplacés

La Fondation Pain d’Espoir lance un cri d’alarme à l’endroit des autorités haïtiennes par rapport à la situation des enfants dans les camps de déplacés.


Carrefour, mardi 29 juin 2021 ((rezonodwes.com))– La Fondation Pain d’Espoir (FPDE) déplore les conditions dans lesquelles vivent les enfants dans les camps de déplacés. Elle plaide, par ailleurs, pour une prise en charge spécifique prenant en compte leur situation de vulnérabilité.

En effet, la recrudescence des affrontements entre les gangs rivaux a provoqué le déplacement de plus de 10 000 personnes issues des quartiers de Martissant. Éparpillées un peu partout depuis près d’un mois, la plupart sont accueillies par des familles d’accueil à Carrefour et en région. Toutefois, plusieurs centaines se sont réfugiés dans des endroits publics, comme la place de Fontamara, le marché en construction (mache pwason), au centre sportif de carrefour, et dans des églises, entre autres.

D’après l’UNICEF, 302 ménages (1089 personnes) dont, 446 enfants et 582 femmes et filles vivent dans des conditions très précaires, depuis le 6 juin au Centre Sportif de Carrefour. Les besoins en eau potable, nourriture, articles d’hygiène personnelle, de matelas, de couvertures, de vêtements et d’articles médicaux sont urgents.


La Fondation Pain d’Espoir tient à rappeler que cette situation de crise affecte différemment les déplacés. Les femmes et les enfants, en raison de leur situation de vulnérabilité, nécessitent une intervention ciblée répondant à leurs besoins spécifiques. Nous signalons la présence d’une cinquantaine de nourrissons, dont trois nouveau-nées qui nécessitent une assistance particulière.

Nous plaidons pour une prise en compte des besoins alimentaires et sanitaires des nourrissons lors des distributions, car les risques de malnutrition sont très élevés. Nous tenons à exprimer notre inquiétude par rapport à la santé mentale des enfants victimes des actes de violence et qui continuent à être exposés à des actes d’agressions sexuelles, particulièrement les filles, compte tenu de la promiscuité et l’environnement difficile de cohabitions.

Advertisement

Aucune mesure n’est prise pour prévenir et gérer les risques sanitaires en lien à la propagation de la COVID-19. Ces évènements et ces mauvaises conditions de logement peuvent avoir des répercussions sur leur état mental et émotionnel et aggraver les risques d’apparition de syndrome de stress post-traumatique.

En dépit des efforts déployés par des membres de la communauté carrefouroise, par les autorités municipales, par la protection civile et par les organisations internationales, il est extrêmement urgent de renforcer la réponse humanitaire et d’assurer une meilleure coordination de l’aide en tenant compte des besoins spécifiques des plus vulnérables.
La fondation rappelle à l’État haïtien son obligation de protection envers la population.


Elle lui demande de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de trouver une solution durable à la violence qui sévit à Martissant et dans d’autres quartiers populaires. Ainsi les déplacés pourront regagner leurs domiciles, et assurer l’éducation de leurs enfants.

À propos
Fondation Pain d’Espoir (FPDE) est un organisme de défense et de promotion des droits de l’enfant, située à Carrefour, dont la mission est de contribuer à la mise en œuvre des droits des enfants en situation de vulnérabilité, en Haïti, par l’éducation et le développement.

Contact
Jonathan RENE
Secrétaire
Téléphone : +509 3757 2412
paindespoir@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *